L’habitat, une histoire de fourmis.

Les fourmis sont des êtres qu’on trouve dans le monde entier, elles bâtissent des maisons, des villes et des villages.
L’habitat des fourmis est la fourmilière centre de la vie communautaire, en général elle est constituée d’un labyrinthe de galeries souterraines sur plusieurs niveaux creusé par les fourmis ouvrières. Chacune des galeries a leurs salles avec leurs fonctions bien définies, les salles les plus chaudes servent de pouponnières pour les œufs, les larves et les nymphes dans les parties les plus obscures puis les magasins, les greniers et les salles communes. La terre et les brindilles accumulées à l’extérieur de la fourmilière forment un petit monticule en forme de cratère, c’est grâce à lui que la chaleur et l’humidité vont se régulariser et se stabiliser pour être favorable à la reproduction des fourmis, la température doit être plus ou moins entre vingt-deux et trente degrés.
C’est la partie la plus importante de la fourmilière, le nid se trouve en général à plus ou moins trente à quarante centimètres de profondeur.
Chaque espèce de fourmis à son propre habitat, Certaines vivent en milieu souterrain d’autres sur les arbres mais la plus grande partie des espèces vivent à la surface ou sous le sol. Les fourmilières à dômes sont en général orientées côté soleil pour permettre aux larves de se développer plus rapidement, si on observe ces dômes faits de brindilles d’un peu plus près on voit que bien souvent ils sont reliés entre eux. Les fourmilières sous terre sont composées de galeries souterraines dans lesquelles les fourmis mènent une vie bien structurée.
Les fourmis tisserandes bâtissent leurs nids entre les arbres avec la particularité de ne pas couper les feuilles afin qu’elles restent vivantes pour assurer la solidité du nid elles cousent les feuilles ensemble bord à bord comme des couturières expérimentées pour ça elles emploient la soie produite par les larves pour coudre les feuilles.
Les fourmis du liège sont des insectes qui nous viennent des régions méditerranéennes elles ont la particularité d’être noire et rouge, elles creusent leurs nids dans les fissures du chêne-liège et forment des galeries invisibles qui savent atteindre plusieurs mètres et qui peuvent héberger une colonie de jusqu’à cinq mille individus la colonie n’a qu’une seule reine. Les fourmis chasseresses aussi appelées fourmis légionnaires sont carnivores et nomades avec des phases de nidifications, leur fourmilière est formée par plusieurs millions de fourmis ouvrières suspendues à une branche ou à un n’importe quel autre support, la reine et le couvain sont installés au milieu à l’abri et bien protégés.
Conclusion si on regarde bien les fourmis, on constate que ce sont des bâtisseurs tout comme nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *